Chez oim, forum libreChez oim, forum libre

 



Répondre

Attention, il n'y a pas eu de réponse à ce sujet depuis au moins 21 jours.
À moins que vous ne soyez sûr de vouloir répondre, pensez éventuellement à créer un nouveau sujet.
Nom:
E-mail:
Titre:
Icône du message:

Cacher les smileys
Vérification:
Remplissez les détails de vérification anti robot (captcha).
Ecouter les lettres / Demander une autre image

Remplissez les détails de vérification anti robot (captcha).:
Le joli jouet violet de Paul est son préféré. Qu'elle est la couleur du jouet de Paul ?:

Raccourcis : tapez [ALT]+[S] pour poster ou [ALT]+[P] pour prévisualiser


Résumé de la discussion

Posté par: alex
« le: mardi 06 octobre 2015, 17:29 »

Non, tu ne viendras pas à bout de mes convictions. :jn:

Posté par: Songe
« le: mardi 06 octobre 2015, 17:19 »

 ::)
Posté par: alex
« le: mardi 06 octobre 2015, 17:00 »


Refusons la légalisation de la surveillance de masse

La France pourrait bientôt légaliser la surveillance de masse de nos communications, en France comme à l'étranger :
Des pans entiers de la population mondiale seraient surveillés sur des motifs vastes et flous, sans contrôle ni voie de recours effectifs pour les victimes : un danger pour les libertés de millions de citoyens.
Le 1er octobre, l'Assemblée nationale a adopté, quasiment sans débat et dans un hémicycle presque vide, une proposition de loi sur la surveillance des communications internationales. Celle-ci doit maintenant être rapidement débattue au Sénat.


Nous devons absolument demander à nos sénateurs qu'ils refusent cette régression majeure et garantissent nos droits.








Le 25 juillet dernier, la loi sur le renseignement légalisait la surveillance de nombreux pans de la société française par les services de renseignement, sous prétexte de lutte anti-terroriste.

La loi sur la surveillance des communications internationales donnera désormais carte blanche à nos services de renseignement pour espionner en masse, pour des motifs aussi flous que, par exemple, la défense et la promotion des intérêts majeurs de politique étrangère, ou des intérêts économiques et industriels.

Les développements technologiques ont servi de moyens, la lutte anti-terroriste de prétexte, à la mise en place de systèmes de surveillance d'une puissance inégalée dans l'histoire. Mais la surveillance de masse a servi d'autres buts moins avouables : espionnage économique, diplomatique, de journalistes, de défenseurs des droits humains, de mouvements sociaux contestataires...

Page générée en 0.143 secondes avec 21 requêtes.