Chez oim, forum libreChez oim, forum libre

 



Répondre

Attention, il n'y a pas eu de réponse à ce sujet depuis au moins 21 jours.
À moins que vous ne soyez sûr de vouloir répondre, pensez éventuellement à créer un nouveau sujet.
Nom:
E-mail:
Titre:
Icône du message:

Cacher les smileys
Vérification:
Remplissez les détails de vérification anti robot (captcha).
Ecouter les lettres / Demander une autre image

Remplissez les détails de vérification anti robot (captcha).:
Le joli jouet violet de Paul est son préféré. Qu'elle est la couleur du jouet de Paul ?:

Raccourcis : tapez [ALT]+[S] pour poster ou [ALT]+[P] pour prévisualiser


Résumé de la discussion

Posté par: alex
« le: mardi 30 avril 2019, 20:35 »

Ca y est, là ça devrait être terminé, non ?
Le grand gourou de la France a parlé, on rentre à la maison ? :-\



Posté par: alex
« le: vendredi 18 janvier 2019, 18:24 »

Le mois dernier, le 17 décembre 2018 pour être précis, Amnesty International avait publié une première enquête fort intéressante sur l'usage excessif de la force lors des manifestations des gilets jaunes.


Aujourd'hui, cette ONG est de retour sur sa chaine Youtube avec une vidéo de la série "Éclairage" très instructive sur le droit de manifester en France au regard du droit international.
Bien entendu, il y est fait mention des violences policières observées et il apparait que la France risque encore d'en prendre pour son grade car une enquête est menée par Amnesty...


https://youtu.be/ja0IhALv1m4




Pour en savoir plus :
- Info ou intox sur le droit de manifester
- 5 décisions à prendre dès maintenant par la France pour le respect du droit de manifester (la première raison ne tient plus puisqu'elle est relative à l'état d'urgence et des abus que celui-ci a généré)
- Droit de manifester en France : témoignages de journalistes


Posté par: alex
« le: mardi 11 décembre 2018, 17:04 »

Ils ont gagné ! Hourra ! :)



Posté par: Songe
« le: mardi 04 décembre 2018, 20:34 »

 C:-)
Posté par: alex
« le: mardi 04 décembre 2018, 19:19 »

Le vertige de l'insurrection


Le gouvernement a tout lâché. Mais ce "tout" n’est pas forcément assez. En regard des revendications initiales, c’est une reddition en rase campagne – ou en rase périphérie. Les taxes sur le carburant – dans leurs diverses modalités – sont toutes suspendues, la stratégie de renchérissement des transports polluants est repoussée d’au moins six mois, sinon annulée. Ce gouvernement qui annonçait sa volonté de réformer à la hussarde en admonestant le bon peuple trop rétif, a pris un grand coup sur la tête. Le Président "vertical" se retrouve à l’horizontale, allongé sur le tapis.

En comparaison des reculs essuyés par ses prédécesseurs, il devient étrangement normal, et même anormalement faible par rapport à la règle de la Cinquième depuis des lustres. Jupiter n’est plus qu’un mortel parmi d’autres et la foudre qu’il tenait dans son poing ne produit plus que des étincelles dérisoires. Les mesures annoncées auraient arrêté la protestation il y a dix jours.

Mais les mouvements sociaux transforment ceux qui y participent. Souvent isolés dans leur quotidien de galère, étreints par un sentiment d’abandon et d’humiliation, les gilets jaunes ont goûté à l’ivresse de l’action collective, au réconfort de la solidarité et de la reconnaissance mutuelle, aux plaisirs rares d’une médiatisation massive, à la fierté de jouer enfin un rôle politique national. Le "je" solitaire et mélancolique se change en "nous" unifié et conquérant. Difficile de mettre fin à cette embellie qui restera, quoi qu’il arrive, comme un des grands souvenirs de leur vie. D’autant que les concessions obtenues en appellent d’autres : le pouvoir d’achat est préservé pour les mois qui viennent. Il n’est pas amélioré par les concessions d’Edouard Philippe. Et les symboles honnis narguent toujours la colère populaire : l’ISF à moitié supprimé, Macron changé en tête de turc toujours à l’Elysée. La tentation de continuer, enhardie par un premier succès, occupe manifestement la tête des manifestants. L’inconscience présomptueuse des gouvernants a ouvert une boîte de Pandore. Une nouvelle fois, la France rebelle peut céder au vertige insurrectionnel.


Laurent Joffrin, pour Libération.
Posté par: alex
« le: mardi 04 décembre 2018, 18:39 »

Ben oui, je sais bien, je suis un criminel. J'ai honte ! :je:
Posté par: maximus23
« le: mardi 04 décembre 2018, 18:09 »

Détester le Pastis à Marseille c'est un crime !!!  C:-)

 :aa

Posté par: alex
« le: mardi 04 décembre 2018, 17:34 »

Moi qui suis marseillais, je déteste ça.
Rien que de passer devant un bar qui refoule l'odeur du pastis, ça m'écœure. :kd:

Je préfère une bonne bière ! :ko:
Posté par: Otomatic
« le: mardi 04 décembre 2018, 14:58 »

Le jaune, je le préfère dans un verre qu'en gilet  :ko:
Posté par: alex
« le: mardi 27 novembre 2018, 16:49 »

Ah oui merde ! Il faut que je regarde.
J'ai pas pu voir en direct, j'avais rendez-vous.

Le pire, c'est que je parie qu'il a raconté n'importe quoi, sur un ton méprisant, et qu'il a énervé un peu plus les pull-over jaunes (je dis pull parce-que ça caille, faut arrêter avec les baudriers, c'est pas prudent).

Page générée en 0.097 secondes avec 21 requêtes.