Chez oim, forum libreChez oim, forum libre

 



Forum certifié NSA, PRISM2013.

Toi, le troll, le raciste, l'intolérant, passe ton chemin.
Ce forum défend la liberté d'expression, mais rappelle toi que celle ci n'autorise pas tout.



Pages: [1]   En bas

Auteur Sujet: Le conseil d'état ordonne au ministère de la santé de diffuser le vaccin DTPolio  (Lu 376 fois)

alex

  • Administrateur
  • Dictionnaire ambulant
  • ********
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Homme
  • Messages: 16.377
  • Proprio officiel chez oim !




En France, seuls 3 vaccins, contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite, sont obligatoires. Mais depuis 2008, le vaccin associant ces 3 valences (DTP, ou DT-Polio), a été retiré du marché.
 
En conséquence, depuis cette date, les enfants devant satisfaire à l’obligation vaccinale reçoivent de 2 à 4 vaccins non obligatoires en sus de ces 3 vaccins obligatoires (vaccins tétra-, penta- et hexavalents).
 
Après un rejet de leur demande par le ministère de la santé, plus de 2 000 personnes ont saisi le Conseil d’Etat pour imposer le retour d’un vaccin trivalent, contenant les seules valences obligatoires (DT-Polio) et sans adjuvant.
 
Le 8 février 2017, le Conseil d’Etat a décidé que cette demande était légitime et enjoint le ministère de la santé de prendre les mesures nécessaires pour rendre à nouveau disponible le DT-Polio d’ici 6 mois, "sauf en cas d’élargissement du champ des vaccinations obligatoires". Cette précision est une allusion à la Concertation sur la vaccination 2016, qui a recommandé au même ministère de rendre 11 vaccins obligatoires pour lutter contre la défiance envers les vaccins.


Pour mémoire : en 2008, suspension puis arrêt de la production du vaccin DTP suite à "une augmentation importante du nombre de manifestations allergiques"
En juin 2008, la commercialisation du vaccin DTPolio® de Sanofi Pasteur MSD est suspendue, en raison de "l'augmentation du nombre de signalements de manifestations allergiques observées jusqu'à 24 heures suivant la vaccination depuis le début de l'année 2008 par rapport aux années précédentes".
 
Ces manifestations allergiques étaient des urticaires généralisés ou des oedèmes de Quincke survenant dans les heures qui suivent l'injection du vaccin, sans explication avancée.
 
Le laboratoire a ensuite décidé d'arrêter la production de ce vaccin, ce qui a, de fait, imposé les vaccinations associant les valences DTP à une ou plusieurs autres valences, non obligatoires chez les nourrissons : coqueluche, haemophilus et / ou hépatite B.


En 2015, 2 500 personnes demandent à la ministre de la santé d'imposer la remise sur le marché de vaccins trivalents sans adjuvant
Environ 2 500 personnes ont déposé une demande préalable au Ministère de la Santé, par lettre recommandée avec avis de réception adressée en date du 5 novembre 2015, afin de solliciter Marisol Touraine, ministre de la santé, pour :
 - "prendre toute mesure nécessaire pour imposer aux fabricants de garantir la disponibilité de leurs produits homologués,
- et donc spécialement contraindre par tout moyen adéquat l'ensemble des laboratoires pharmaceutiques, à fabriquer et mettre sur le marché en nombre suffisant de vaccins seulement trivalents, correspondant aux seuls vaccins obligatoires, sans adjuvant notamment d'aluminium ou de formaldéhyde".


En l'absence de réponse ministérielle directe, 2 265 personnes saisissent le Conseil d'Etat
"Aucune réponse, même de refus, n'a été adressée dans le délai de deux mois aux requérants ou à leur conseil, faisant ainsi naître une décision implicite de rejet" du ministère de la santé et le besoin de saisir le Conseil d'Etat, regrette Augustin Baudelet de Livois, un des 2 265 requérants au Conseil d'Etat.

Certes, la ministre de la santé, dans un communiqué du 28 janvier 2016, a "exprimé la volonté que puissent être mis à disposition des Français qui le souhaitent des vaccins trivalents". Mais dans une lettre postérieure, datée du 12 février 2016, Benoît Vallet, directeur général de la santé, a d'ailleurs clairement rejeté cette demande, "expliquant qu'un kit spécifique, appelé « kit DTVax + imovax polio » était « disponible gratuitement à la demande du médecin au laboratoire pour les patients présentant notamment une contre-indication coquelucheuse »" (source : le Monde.fr, janvier 2017).

Le Conseil d'Etat a donc été saisi en février et en septembre 2016 avec une requête et un mémoire en réplique, écrit par Augustin Baudelet de Livois, demandant l'annulation de cette "décision implicite de rejet" de la demande de re-commercialisation d'un DTP sans adjuvant par le ministère de la santé. Les requérants demandent donc la commercialisation rapide d'un vaccin DTP sans adjuvant, "notamment d'aluminium et de formaldéhyde".
 
Notons qu' Augustin Baudelet de Livois préside l'Institut Pour la Protection de la Santé Naturelle, site "alternatif" ayant notamment relayé les prises de position et pétitions très controversées du Pr Henri Joyeux.

Lire la suite sur vidal.fr


Source : Vidal
Pages: [1]   En haut
 

+ Réponse Rapide

Page générée en 0.133 secondes avec 23 requêtes.